Comment devenir pilote de Formule 1 ?

La stratégie de haut niveau pour devenir un pilote de Formule 1 est en fait assez simple. Mais il y a beaucoup de travail à faire.

Cet article vous aidera à mieux comprendre ce qu’il faut faire pour devenir pilote de F1, et comment s’y prendre pour commencer. Ensuite, c’est à votre éthique de travail (et un peu de chance) de réaliser votre rêve !

1. Assurez-vous de votre engagement

Devenir pilote de Formule 1 n’est pas une sinécure. La compétition est féroce et c’est l’un des sports les plus difficiles à rejoindre. Pour la grande majorité des futurs pilotes, ce ne sera qu’une chimère.

Cela peut paraître dur, mais quand on voit à quel point le monde de la Formule 1 est compétitif, c’est logique. Depuis ses débuts, il n’y a eu qu’environ 775 coureurs de F1 dans l’histoire de ce sport. En 2019, il n’y a plus que 20 coureurs sur la grille de départ !

Ce sont 20 pilotes dans le monde entier qui ont la chance de s’appeler pilotes de F1 !

Ne vous laissez pas décourager par ce chiffre. La chose la plus importante à retenir est que devenir un pilote de F1 demande beaucoup d’engagement.

Il faut des années pour affiner vos compétences et vous former. Si vous êtes sérieux dans ce sport, vous devrez rester sur l’asphalte et acquérir autant d’expérience de conduite que possible. Cela signifie que vous devrez passer du temps loin de votre famille et que vous risquez de passer à côté de beaucoup de choses que vos pairs apprécient.

La plupart ne s’en rendent pas compte, mais les conducteurs s’entraînent constamment pour ces 90 minutes sur la piste. Lorsqu’ils ne sont pas au volant, ils s’entraînent à rester concentrés ou à développer leurs muscles pour maintenir leur corps au meilleur de sa forme physique.

En plus du temps qu’il faut y consacrer, il faut aussi tenir compte des coûts liés au fait de devenir un pilote de F1. Acquérir une expérience du monde réel n’est pas donné. Gravir les échelons peut être une véritable charge financière.

Si les courses de F1 bénéficient d’une couverture médiatique mondiale et de nombreuses possibilités de sponsoring, il n’en va pas de même pour les courses de formule inférieure. Par conséquent, de nombreux pilotes doivent s’autofinancer pour arriver au sommet. Si vous n’êtes pas engagé dans ce sport, vos efforts pourraient vous laisser avec des centaines de milliers de dollars de dettes.

2. Démarrer le karting

Ne vous attendez pas à prendre d’emblée le volant d’une F1 de plusieurs millions de dollars. Vous devez gravir les échelons pour mériter ce privilège.

Alors, comment êtes-vous censé vous entraîner ? Si vous voulez être comme beaucoup de coureurs de F1 actuels, vous commencerez par les karts !

Le karting est un excellent moyen d’apprendre les bases avant de passer à des véhicules plus puissants. Les voitures de F1 et les karts ont beaucoup de points communs. De toute évidence, ils sont loin de ressembler aux voitures de F1 en ce qui concerne la vitesse et les capacités.

Mais les karts sont des monoplaces, tout comme les véhicules de F1. De plus, les courses présentent de nombreux défis similaires.

Bien qu’il soit plus lent que les voitures de F1 (de manière significative), le karting peut être compétitif et passionnant tout de même. Vous devez repousser les limites du véhicule tout en utilisant des techniques bien ajustées pour vous frayer un chemin jusqu’au sommet.

Pendant votre carrière de pilote de karting, vous pouvez développer les compétences essentielles dont vous avez besoin pour devenir un bon pilote.

De nombreux pilotes actuels de Formule 1 ont fait leurs débuts dans le circuit de karting. En moyenne, les pilotes passent entre cinq et sept ans à dominer le monde du karting avant de passer à des formules plus modestes.

Même dans ce cas, le karting n’est pas une activité qu’ils laissent derrière eux. Des légendes de la Formule 1 comme Aryton Senna et Michael Schumacher ont continué à revenir au karting pour suivre une formation complémentaire (et s’amuser un peu). De nombreux coureurs sur la grille de départ aujourd’hui font de même !

3. Développer les bases de la course

Pour devenir un pilote de Formule 1, il faut posséder de solides compétences.

Le karting vous aidera à y parvenir. Mais lorsque vous passerez à des courses de formule inférieure, vous aurez la possibilité de les développer encore davantage.

Ne vous reposez jamais sur vos lauriers lorsqu’il s’agit des fondamentaux. La F1 est un sport dangereux. Vous devez rester concentré et utiliser toutes les techniques de votre arsenal pour rester en sécurité.

L’un des plus grands pièges que les futurs coureurs rencontrent est de ne pas revenir aux fondamentaux. Peu importe depuis combien de temps vous courez, il est toujours bon de rafraîchir vos connaissances. Elles doivent être instinctives et naturelles si vous voulez aller loin.

C’est une bonne idée de se faire aider par un mentor ou un entraîneur. Les entraîneurs peuvent vous guider dans le monde de la compétition. De plus, ils veilleront à ce que vous suiviez un programme d’entraînement qui s’appuie sur les bases que vous connaissez déjà.

Si prendre le volant est idéal, ce n’est pas la seule façon de perfectionner vos compétences. Il existe un grand nombre d’outils de simulation qui peuvent vous aider à maintenir vos compétences fondamentales.

4. Améliorez vos compétences et progressez

Avez-vous déjà pris le temps d’examiner comment les pilotes actuels de Formule 1 se sont frayé un chemin jusqu’au sommet ? Aucun pilote ne commence sa carrière en F1. Dans la plupart des cas, pour arriver en Formule 1, il faut des années pour gravir les échelons de la course.

Après avoir conquis le circuit de karting, vous pouvez passer à des formules plus compétitives. Vous pouvez commencer par une classe d’entrée de gamme de courses de monoplaces. Par exemple, vous pourriez établir votre carrière en Formule Ford. Ensuite, vous pourriez passer à la Formule 3 (qui était auparavant GP3).

Le temps que vous passerez dans les catégories inférieures dépendra entièrement de votre succès. Certains pilotes grimpent les échelons plus rapidement que d’autres, tandis que d’autres ne dépassent pas un certain niveau. Votre parcours exact vous sera propre.

Utilisez votre temps dans ces courses pour pousser vos compétences encore plus loin. Les niveaux inférieurs des courses peuvent être intenses et compétitifs. Mais rien ne vaut une vraie course de Formule 1. Vous devez donc être le meilleur de votre classe avant de gravir le prochain échelon de l’échelle des courses.

N’ayez pas peur de sortir de votre zone de confort et de vous mesurer à des circuits plus compétitifs. De nombreux pilotes de F1 chevronnés ont commencé à attirer l’attention sur les circuits européens.

Sur un circuit européen, vous pouvez courir dans des grilles de plus de 60 pilotes. C’est l’un des meilleurs moyens de tester vos compétences et d’améliorer vos chances de devenir un pilote de F1.

5. Établir des relations avec les équipes et les sponsors

Il est primordial de nouer des relations si vous voulez gravir les échelons et devenir un véritable prétendant à la Formule 1. Comme pour toute autre carrière, il s’agit de créer des réseaux !

Si vous faites une course seul, la compétition est tout sauf solitaire. Il existe de nombreuses équipes auxquelles vous pouvez vous joindre. Les équipes sont bien plus que de la simple camaraderie. Il s’agit de développer des compétences et d’apprendre.

Dans le domaine de la monoplace, les équipes juniors travaillent généralement avec des pilotes chevronnés ayant un palmarès impressionnant. Vous aurez ainsi l’occasion d’apprendre des meilleurs.

Cette relation mentor/formateur est importante. Travailler avec des membres expérimentés de l’équipe vous donne un avantage. Vous pouvez voir comment ils travaillent et apprendre beaucoup de techniques de course importantes pour pousser vos propres compétences encore plus loin.

Il est également important de développer des relations avec les sponsors. Comme nous l’avons déjà dit, devenir pilote de F1 n’est pas donné. À moins que vous n’ayez l’argent nécessaire pour financer votre voyage, vous aurez besoin de sponsors pour vous aider à vous rendre en F1.

En règle générale, les possibilités de sponsoring vous suivront au fur et à mesure que vous vous améliorerez en course. Les sponsors veulent travailler avec des pilotes visibles qui font constamment des vagues dans le monde de la course.

Si les pilotes de F1 reçoivent généralement le plus grand nombre d’offres de parrainage, les pilotes de formule inférieure attirent également l’attention. C’est particulièrement vrai sur les circuits et les marchés européens où les courses de monoplaces attirent des millions de spectateurs.

6. Entraînez votre corps

Ceux qui n’ont jamais été au volant d’une monoplace pensent souvent que la course est un sport relativement facile pour le corps. Cependant, la condition physique a un impact plus important que la plupart ne le pensent.

Lorsque vous roulez sur le parcours à des vitesses supérieures à 200 MPH, votre corps subit une force énorme. Dans une course typique, les pilotes subissent souvent une force de cinq à six G dans les virages ou les casses. Pour mettre cela en perspective, la plupart des gens s’évanouissent lorsqu’ils sont exposés à une force de cinq G.

Ces forces supplémentaires font peser près de 100 livres supplémentaires sur votre corps. Par ailleurs, appuyer sur la pédale de frein nécessite souvent une force supérieure à 300 livres.

Il va sans dire que l’entraînement de votre corps est indispensable ! Une bonne condition physique générale est importante. Mais il y a quelques domaines clés sur lesquels vous devez vous concentrer. Il s’agit notamment de l’endurance générale, de la force physique et de la force du cou.

Les conducteurs doivent améliorer leur endurance pour résister au stress qui pèse sur leur corps. Vous devez être capable d’endurer ces forces gravitationnelles pendant 90 minutes ou plus tout en restant concentré sur la piste devant vous. La plupart des conducteurs utilisent les maladies cardiovasculaires pour développer et maintenir lentement leur endurance.

La musculation aide à développer les muscles. La Formule 1 est un peu différente des autres sports. Vous n’utilisez pas des coups de force rapides pour réaliser des exploits impressionnants. Au contraire, votre force soutient votre corps et vous aide à contrôler la voiture.

Il est bon de travailler la musculation de tout le corps. Vous devez renforcer les bras, muscler les jambes et vous concentrer sur votre tronc pour rester stable dans la voiture.

Le cou a également besoin d’une attention particulière. Avec le poids de votre casque et ces forces G supplémentaires, vous allez sentir jusqu’à 55 livres sur votre seul cou.

Des exercices d’amplitude de mouvement et des entraînements ciblés renforceront votre cou et vous aideront à éviter des blessures potentiellement mortelles.

7. Entraînez votre cerveau

De nombreux conducteurs et athlètes se concentrent sur l’aspect physique des choses. Cependant, vos capacités mentales jouent un rôle énorme dans votre réussite au volant.

Lorsque vous roulez à grande vitesse, vous couvrez beaucoup de terrain chaque seconde. Il suffit d’un moment de perte de concentration pour rater une occasion ou perdre le contrôle du véhicule.

Ce qui distingue les pilotes de Formule 1 des autres, c’est qu’ils sont capables de réagir rapidement aux événements qui se déroulent sur la piste. Ils peuvent repérer les ouvertures potentielles pour dépasser les autres pilotes qui les précèdent tout en effectuant des manœuvres rapides pour naviguer en toute sécurité.

L’entraînement mental permet d’améliorer le temps de réaction. Il établit et améliore les réponses synaptiques entre votre cerveau et votre corps. Grâce à la formation continue, vous pouvez rapidement analyser la route qui vous attend, prendre des décisions rapides sur ce qu’il faut faire et dire à votre corps de bouger.

Il se peut que l’entraînement mental ne semble pas faire grand-chose. Mais vous seriez surpris de voir à quel point améliorer votre temps de réaction d’une fraction de seconde seulement peut vous aider.

Il existe plusieurs façons d’entraîner votre cerveau. Vous pouvez faire simple et utiliser des balles rebondissantes pour simuler la nature sporadique des courses. Vous pouvez aussi opter pour la haute technologie.

Les appareils d’entraînement mental entraînent votre corps et votre cerveau en même temps. Ils utilisent des stimulants visuels et des programmes d’entraînement pour déclencher une réaction physique (comme la réflexion). Les appareils d’entraînement peuvent également enregistrer vos performances et vous aider à repérer les domaines qui doivent être améliorés.

Quelle que soit la façon dont vous choisissez de mettre votre cerveau au défi, l’entraînement mental n’est pas quelque chose que vous pouvez ignorer si vous voulez devenir pilote de F1.

Conclusion

Si vous voulez devenir pilote de Formule 1, vous devez vous préparer à un long voyage de travail et d’engagement. Ce rêve n’est pas unique à votre cas, et des milliers d’autres pilotes le poursuivent également.

Mais avec la bonne combinaison de talent, de dévouement, de travail acharné et de chance, vous pourrez peut-être le réaliser !